Récit de Céline, étudiante à  Télécoms ParisTech et membre de la Comuanuté Different Leaders

Notre groupe, invité par Accenture et les Bouffes du Nord, a assisté au filage du concert en un acte Les Méfaits du tabac de Anton Tchekhov, avec Floriane Bonanni (violon), Muriel Ferraro (soprano), Emmanuelle Swiercz (piano) et Michel Robin (Nioukhine). Trois jours avant la première. Nous sommes ensuite revenus pour un moment d’échange de nouveau avec l’équipe. Pour nous qui sommes étudiants en école d’ingénieur ou de commerce, cette excursion à travers les métiers du théâtre était l’occasion de nous ouvrir au monde artistique. Certains n’étaient jamais allés au théâtre, et ça a aussi été pour eux une source d’étonnement.

Le filage et la première rencontre avec l’équipe

À notre arrivée, nous avons été accueillis et conduits dans le théâtre où toute l’équipe était en plein filage. Durant une heure, nous avons assisté à cette répétition « grandeur nature » depuis le balcon. Nous avons ensuite rencontré la scénographe Delphine Sainte-Marie qui nous a fait découvrir son métier. Pour elle, le moindre détail est important, depuis l’effet usé de l’imposant rideau rouge présent sur la scène à une corne sur le coin d’une partition. À chaque étape de son travail, elle consulte la personne chargée des éclairages pour s’assurer que l’effet sera bien celui qu’elle attend. Cette rencontre nous a permis de prendre conscience du travail nécessaire pour aboutir à un résultat qui semble naturel mais est en fait le fruit d’une longue réflexion.

Nous avons aussi rencontré les trois musiciennes ainsi que l’acteur principal de ce spectacle. Ceux d’entre nous qui connaissaient plus le cinéma que la musique classique attendaient particulièrement la rencontre avec Michel Robin, qui a joué entre autres dans Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain et La Chèvre. Nous avons fait la connaissance d’un acteur accessible et curieux de nous connaître. Le contact avec  Floriane Bonanni, Muriel Ferraro et Emmanuelle Swiercz a aussi été enrichissant. Pour elles qui ont l’habitude d’être sur scène en tant que musiciennes, le défi était ici de jouer trois des filles de Nioukhine à travers leur attitude et leurs échanges muets.

Le spectacle

Le jour J, nous nous sommes rendus au théâtre Les Bouffes du Nord pour assister à la représentation de la pièce / du concert « Les Méfaits du tabac ». Dans cette salle à l’allure délabrée, les artistes nous ont fait rire aux éclats.

Cette pièce de Tchekhov écrite au 19e met en scène un père et trois de ses filles. La mère tient un pensionnat qui est aussi une école de musique, elle n’intervient jamais sur scène. Toute l’histoire est basée sur une supposée conférence sur les méfaits du tabac donnée par le père mais qui tourne très vite en une thérapie pour celui-ci qui déballe ce qu’il a sur le cœur à son auditoire. Les monologues du père sont entrecoupés par des passages musicaux joués par les trois filles.

La pièce de théâtre et la mise en scène étaient très particulières. Les quatre artistes étaient présents sur scène mais seul Michel Robin parlait. Mais il est important de noter qu’il n’est pas le seul à s’exprimer. En effet, la subtilité de la mise en scène réside dans la gestuelle. Bien que silencieuses par leurs gestes et leurs mimiques, les filles parviennent à exprimer leurs sentiments.

Cette mise en scène et le talent des acteurs font de la représentation un moment agréable pour les spectateurs. Les plus mélomanes peuvent apprécier le grand talent des musiciennes qui sont impressionnantes. Pour les autres, c’est une très bonne occasion de rire grâce à la performance de Michel Robin.

Deuxième rencontre avec l’équipe après le spectacle

Cette deuxième rencontre avec l’équipe a eu lieu juste après la représentation. Pendant plus d’une heure, nous avons échangé avec Floriane Bonanni, Muriel Ferraro et Michel Robin.

Avant tout, ces trois artistes ont partagé avec nous la passion qui les animait et l’omniprésence de leur métier dans leur vie : du matin au soir, M. Robin se remémore son texte et pense à son jeu pour toujours l’améliorer ; pour Floriane Bonanni, ce sont des heures et des heures passées à répéter les morceaux complexes interprétés durant la pièce. Ceci a fait écho auprès de certains d’entre nous car, de la même façon, progresser dans nos domaines d’études respectifs nécessite de longues heures de préparation.

Nous avons aussi parlé de l’importance du contact des artistes avec le public et des sentiments qu’ils lui font passer. Selon Floriane Bonnani, la tendance actuelle à écouter de la musique enregistrée, même si elle présente l’avantage de la rendre accessible au plus grand nombre, a l’inconvénient d’habituer notre oreille à entendre des morceaux « trop parfaits » et sans sentiments. À l’inverse, quand nous regardons ces trois interprètes sur scène, on peut sentir toute l’émotion qu’elles mettent dans leurs morceaux.

Pour ceux qui sont intéressés, Rendez-vous sur la page officielle sur le site internet des Bouffes du Nord.

Crédits Photo : Pascal Victor