Archives


/ 0

Portrait

“La recette du succès n’existe pas” rencontre avec Emmanuel Anjembe

21st septembre 2018

A seulement 36 ans, Emmanuel Anjembe est un bel exemple de réussite pour la jeunesse française et d’ailleurs. De serveur dans la restauration à enseignant pour l’Education Nationale, Emmanuel est aujourd’hui Directeur de la Stratégie et du Développement au sein de l’agence de communication TBWA Corporate. Mais avant d’obtenir ce statut tant rêvé, laissez-moi vous raconter l’histoire fabuleuse de cet homme qui a su, au moment opportun, prendre le pouvoir sur son avenir.

C’est avec curiosité et gaieté que mes camarades d’Article 1 et moi-même sommes partis à cette Rencontre Inspirante un vendredi 8 juin 2018.

La première impression que renvoie Emmanuel est celle d’une personne (faussement) timide, à l’écoute et dotée d’une fragilité qui lui est propre. Son regard rempli d’humilité attire la sympathie et la bienveillance.

C’est assis dans un bar parisien, spacieux et convivial, qu’Emmanuel engage avec nous la discussion :

« Je suis le premier champion de France de Fifa ! » déclare-t-il fièrement pour détendre l’atmosphère. Puis il poursuit en nous expliquant qu’il est issu d’un milieu social populaire, comme la plupart d’entre nous autour de la table, et c’est justement pour cette raison qu’il a accepté de venir témoigner.

Diversité est son mot d’ordre. Depuis qu’il a gagné en responsabilité, Emmanuel considère que la diversité dans une entreprise est un facteur clé de succès incontournable pour gagner en performance. « Les consommateurs doivent pouvoir s’identifier aux produits, c’est pourquoi il est nécessaire de recruter différents profils » assure-t-il. Mais avant d’atteindre cette position de pouvoir, notre Directeur en Stratégie et Développement a dû surmonter quelques périodes difficiles.

En effet, deuxième d’une famille de deux enfants, Emmanuel a grandi dans un quartier sensible, à l’est de la France. Élève plutôt moyen, il réussit tout de même à bifurquer vers l’Ecole Normale Supérieure (ENS Cachan) en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles de Commerce (CPGE). Mais très vite, Emmanuel se rend compte que cette filière n’est pas fait pour lui, alors il fait le choix d’abandonner son cursus.

Pris de regret quelques mois plus tard, Emmanuel décide de rattraper son erreur : il souhaite passer les concours d’entrée à Sciences Po. Et bingo ! Il est accepté à Sciences Po Grenoble où il obtiendra, en partie, un doctorat en Sociologie.

A la sortie de l’école, et malgré un CV impeccable, notre doctorant peine à trouver du travail dans son domaine. Chômeur à l’âge de 27 ans, Emmanuel est perdu. Il ne sait plus quoi faire de sa vie. Alors pour gagner son pain, il décide d’enchaîner plusieurs boulots, notamment celui de serveur dans la restauration puis de professeur de Lettres : « J’ai toujours aimé transmettre » avoue-t-il.

Mais cette passion pour l’enseignement ne durera pas longtemps puisque Emmanuel deposera, quelques mois plus tard, sa lettre de démission pour se reconvertir dans le domaine de la Communication. « L’enseignement m’a appris l’humilité et l’empathie » dira-t-il avant d’ajouter ceci : « Mais mon rêve était de bosser dans une grande agence de Com’ ».

Et pour ce faire, Emmanuel décide d’intégrer l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication – le CELSA  pour obtenir un master en Communication des Entreprises et des Institutions. Cette formation n’étant pas gratuite, Emmanuel sera contraint de réaliser d’immenses sacrifices d’ordres financiers, sans compter les autres prêts étudiants qu’il a dû s’octroyer pour financer ses études antérieures.

Ainsi, c’est donc la niaque de réussir et une volonté indescriptible d’atteindre un BUT qui l’ont poussé à déposer sa candidature chez TBWA en qualité de stagiaire à plus de 30 ans d’âge !

« J’étais le stagiaire le plus vieux du monde » ironise-t-il. « Celle qui a accepté ma candidature a changé ma vie ». En effet, pour obtenir un stage chez TBWA, Emmanuel a dû jouer la carte de la persévérance en insistant pour que sa candidature soit considérée et en faisant preuve de ponctualité abusive lors de son premier entretien.  Puis en seulement trois ans au sein de l’entreprise, Emmanuel s’est vu quitter son poste de stagiaire pour enfiler le rôle de Directeur. C’est donc grâce à la résilience et à l’«urgence » de réussir que cet ancien serveur a, miraculeusement, réussi à briser le déterminisme social et à gravir les échelons pour atteindre le sommet.

« La recette du succès n’existe pas. Personne n’a la même empreinte digitale, ni la même démarche » conclut -il par dire, sous le regard attentif des jeunes présents ce jour-là.

Autrement dit : efforçons-nous de chercher notre propre modèle de réussite puisque chaque individu a sa propre histoire.

Merci Emmanuel.

 

Gracia Nyembo, Different Leader